Infertilité masculine : causes, symptômes, diagnostic et traitements

L’infertilité masculine se distingue de la stérilité. Ce dernier, en fait, est identifié comme l’absence totale ou minimisée de spermatozoïdes. Il peut arriver que l’éjaculation ne se produise pas ou, s’il y en a, qu’elle ne contienne pas de spermatozoïdes actifs.

L’infertilité reproductrice masculine se produit lorsque les spermatozoïdes, de par leur nature, sont qualitativement altérés en raison d’une altération de la motilité, d’un ADN endommagé ou de problèmes morphologiques.

Il est nécessaire de faire la distinction entre l’infertilité primaire et secondaire. Le premier survient lorsqu’un homme n’a jamais été capable de provoquer une grossesse, tandis que le second affecte un homme qui a déjà provoqué une grossesse.

Causes possibles de l’infertilité masculine

Les causes de l’infertilité masculine sont liées à la faible production quantitative de spermatozoïdes ou à la mauvaise qualité du sperme produit, facteurs pouvant entraver la conception.
Certains facteurs de risque peuvent affecter négativement la capacité de reproduction d’un homme tout au long de sa vie :

  • Prendre certains médicaments
  • Traitements chirurgicaux, qui altèrent temporairement la spermatogenèse
  • Infections urinaires
  • Maladies sexuellement transmissibles
  • Varicocèle, qui est la dilatation et l’incontinence des veines testiculaires 
  • Cryptorchidie, qui est la rétention du testicule
  • Traumatisme et torsions testiculaires 
  • Dysfonctions sexuelles, telles que l’éjaculation rétrograde et la dysfonction érectile

Même le mode de vie est important : le tabagisme, la pollution, l’exposition à des substances toxiques, l’abus d’alcool et la consommation de drogues ont un impact important sur la fertilité surtout avec l’âge, la conception d’un enfant.

Symptômes d’infertilité masculine

Voici quelques symptômes de l’infertilité masculine qui peuvent indiquer un problème :

  • Des masses visibles à travers le scrotum (nécessite un examen physique)
  • Un testicule plus petit que l’autre
  • Une faible production de spermatozoïdes ou aucune
  • Des spermatozoïdes anormaux
  • Une douleur et un gonflement des testicules
  • Une difficulté à uriner lors de l’éjaculation
  • Un tissu mammaire légèrement agrandi
  • Des testicules non descendus (les testicules non descendus sont généralement corrigés chirurgicalement à la naissance, mais si la condition n’a pas été corrigée, une poche scrotale vide sera toujours ressentie)

Diagnostiquer l’infertilité masculine : quels sont les tests les plus importants ?

L’examen fondamental pour commencer à évaluer le potentiel fertile de l’homme est sans aucun doute le spermogramme, un examen qui analyse un échantillon de liquide séminal et évalue la concentration, la motilité et la forme des spermatozoïdes.

Le diagnostic d’infertilité masculine suit cependant une intervention spécifique standardisée représentée par :

  • Anamnèse
  • Examen physique
  • La spermoculture, pour identifier la présence d’agents pathogènes dans le liquide séminal
  • Échographie transrectale de la prostate
  • Tests hématologiques et hormonaux 
  • Examens cytologiques

Cette chirurgie de diagnostic permet dans de nombreux cas d’identifier des anomalies dans le liquide séminal. Ces anomalies qui peuvent être mises en évidence le plus fréquemment sont : un faible nombre de spermatozoïdes (oligospermie), l’absence totale de spermatozoïdes (azoospermie), mobilité réduite (asthénospermie) et changements de forme (tératospermie).

Traitements pour lutter contre l’infertilité masculine

Les traitements de l’infertilité visent à améliorer la qualité du sperme dans le sperme, à augmenter les chances de conception et le succès de la procréation assistée, si la grossesse ne se produit pas naturellement. On estime qu’un tiers des hommes infertiles, une fois soumis à un traitement adéquat, parviennent à avoir une paternité naturelle.

Plus précisément, une thérapie pharmacologique est effectuée, visant à corriger les altérations qui ont déterminé l’infertilité.
Si l’infertilité est liée à des maladies non traitables par l’approche pharmacologique, on peut intervenir par chirurgie pour résoudre des problèmes de varicocèle, d’obstruction des voies génitales, de kyste de l’utricule de la prostate ou de malformations.

En présence de pathologies de l’azoospermie, cependant, la procréation médicalement assistée vient à la rescousse. Concrètement, la récupération des spermatozoïdes directement à partir du testicule, par une biopsie testiculaire ou par une aspiration à l’aiguille très fine, est réalisée. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.